Le rendez-vous des PME et de l'Intelligence Economique

Culture offensive pour les PME PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Bertrand Terreux   
Mardi, 19 Août 2008 00:00

Tags: ACFCI | cgpme | cjd | culture offensive | daniel ruech | guerre économique | medef | PME

Les PME-PMI doivent opter pour une culture offensive dans la Guerre Economique.


Nombreux sont ceux qui ne souhaitent pas aborder le thème de la Guerre Economique pour définir les affrontements entre entreprises de peur de choquer l’opinion ou de faire fuir les cibles potentiels à un diagnostique Intelligence Economique.

Aujourd’hui, le discours tenu aux PME-PMI françaises est édulcoré alors que nous avons besoin de chefs d’entreprise offensifs pour remporter des victoires commerciales. L’édito du Dr Daniel Rouach pour la Chambre de Commerce France Israël met en avant la culture israélienne sur sa capacité d’observation et de compréhension, sa capacité à devancer l’ennemi.

Les Israéliens adoptent une posture offensive face à leurs concurrents. Le Dr Rouach nous explique en 5 points comment est articulé le dispositif d’intelligence économique israélien.

1 Observation offensive : Une culture de veille offensive est une culture où tout le monde a un regard aiguisé sur son environnement.

2 Goût du secret : Lié, bien entendu, à des considérations de sécurité.

3 Ouverture et décloisonnement : C’est un pays d’immigrants et de forte culture internationale où il est presque naturel de parler trois à cinq langues.

4 Réseaux et networking : Les Israéliens agissent avec succès dans le domaine du networking (capacité à tisser des réseaux et à les faire vivre).

5 Echanges d’information « public-privé » : A l’instar du Japon, Israël pratique une politique originale de collaboration entre renseignements privés et publics.

Quelques exemples nous sont donnés par le Dr Rouach sur la façon dont procèdent les Israéliens et qu’il me semble pertinent d’adopter à nos PME-PMI françaises.

« Ils pratiquent fréquemment le désossage, ils utilisent intensément le fax en vue de récupérer le maximum d’informations, pratiquent de faux recrutement pour détecter les informations confidentielles, les responsables d’entreprises achètent de nombreux échantillons, suivent avec minutie l’évolution des catalogues et visitent régulièrement un grand nombre de foires et salons. De nombreux petits patrons israéliens détiennent un grand nombre d’informations sur le marché français grâce à leur réseaux de contacts et d’affaires qui leur permettent, avec un coût bas, de sentir l’évolution du marché »

Nos concurrents sont en Guerre Economique et disposent d’une culture offensive alors que nous sommes bien loin de ce paradigme. Cependant, en informant les chefs d’entreprises grâce à l’Etat (avec le Secrétaire d’Etat aux PME-PMI) et aux syndicats (MEDEF, CJD, CGPME), nous pouvons espérer les convaincre d’opter pour une tactique managériale offensive. Dans un deuxième temps, il nous faut former les étudiants à ces notions ; pas essentiellement les hauts diplômés, car ils ne sont pas toujours en contact avec le terrain et se retrouvent rarement dans les PME-PMI. C’est pourquoi en privilégiant les formations sur les BTS et les licences nous nous rapprocherons de notre effet final recherché qui est la mise en place d’une culture offensive dans les PME-PMI françaises.





Bertrand TERREUX
 
Copyright © 2007 - 2010 - Association IE Love PME - All Rights Reserved / Reproduction interdite sans permission écrite d'IE Love PME.
Conditions d'utilisations / Qui sommes nous