De nombreuses initiatives ont été prises ces derniers mois pour soutenir les entreprises en difficulté financière. La crise a agi comme révélateur de problèmes endémiques, notamment en matière de fonds propres pour lesquels des initiatives ont été prises récemment. Quels enseignements peut-on en tirer en ce qui concerne le financement des PME et plus particulièrement les relations banques-entreprises à l’avenir?

La crise a mis en évidence un  besoin de coordination des acteurs du financement. Le succès de la médiation du crédit repose notamment sur la réactivité des intervenants et la capacité d’aiguillage des entrepreneurs vers un interlocuteur quelle que soit leur situation. Les entreprises sont face à un nombre important d’acteurs qu’elles ne connaissent pas ou peu et ont besoin d’un point d’entrée unique. Cette coordination doit s’appliquer quelle que soit la nature du besoin financier.

Dans un de ses rapports « La médiation constate un besoin de conseil individualisé exprimé par les entreprises ». Il s’agit de traiter l’ensemble des besoins de structure financière des PME à chaque stade en centralisant les points de rencontre. Ainsi après le crédit, les sujets de l’assurance crédit et du LBO sont mis à l’ordre du jour par le médiateur du Crédit. Un partenariat est conclu sous l’égide du médiateur du crédit fonds propres et la médiation s’étend au financement export. Certains réclament un médiateur du crédit avec les administrations pour régler des problèmes de délais de paiement. Le renforcement des fonds propres fait aussi l’objet d’une action coordonnée annoncée le 20 avril (« Appui PME »).

Le besoin d’accompagnement des entreprises s’inscrit dans le temps

La continuité de la relation faite d’écoute et de dialogue est essentielle. L’une des difficultés auxquelles sont confrontés les entrepreneurs dans leurs relations bancaires tient dans beaucoup de cas au manque d’interlocuteur expérimentés ou au mode d’organisation du traitement des dossiers. Or, 30% des chargés d’affaires dans les banques sont de jeunes collaborateurs manquant de maturité et d’expérience relationnelle avec leurs clients. Il faut également retenir de l’expérience de la médiation la nécessité d’avoir un interlocuteur décisionnaire comme correspondant des entreprises 

Les banques doivent se positionner au sein du réseau de financement

L’enjeu pour les entreprises comme pour les banques est de développer les relations avec de nombreux partenaires, acteurs publics ou privés (Oseo, Direction générale de la Compétitivité, de l’Industrie et des Services (DGCIS), Caisse des Dépôts, Fonds Stratégique d’Investissement, Chambres de Commerce et d’Industrie, Assurance crédit, Experts comptables…) pour mieux accompagner les PME.

C’est un réseau d’acteurs qui se met en place autour des entreprises, notamment à l’initiative des acteurs publics. Les banques sont ainsi à la croisée des acteurs économiques du territoire pour ce qui concerne le financement des entreprises. Aux banques d’affirmer leur place dans cette économie en réseau.